• Cette rappeuse née à Bamako représente un nouveau souffle pour le rap féminin français. On l'entend trop peu sur les ondes, et c'est bien dommage. Elle a un flow dynamique, percutant, c'est sa signature. C'est une protégée de Booba, tout comme la rappeuse Shay qu'on entend beaucoup plus, mais dont je trouve le talent moindre.

    Je l'ai découverte par ses freestyles autour du monde, où la vitesse de diction est phénoménale. J'ai un coup de cœur pour son titre "Bouteille à la mer", dont la mélodie est estivale et des paroles dans lesquelles je me reconnais. D'autres titres ont retenu mon attention, comme "Havre de paix" ou "Ailleurs" que vous pouvez découvrir sur Youtube.


    votre commentaire
  • J'adore tout simplement ! Ce dernier titre de Nicki est une réponse classe au clash qui l'oppose à la rappeuse Remy Ma. Cette dernière avait sorti une punchline de 7 min où elle en mettait plein la gueule à Nicki. Mais sérieusement, il n'y avait aucune classe, c'était ridicule, sans forme (juste rapper pour rapper). La seule chose de positive pour elle, c'est que ça l'a mise en avant après ses 8 ans passés en taule, pas de quoi être fière quand même !

    Dans ses paroles Nicki le fait bien remarquer d'ailleurs : "What type of bum bitch shoot a friend over a rack?
    What type of mother leave her one son over a stack?"

    #TeamNickiMinaj#Drake#LilWayne#YoungMoney

     

    © Little Shadow

     


    votre commentaire
  • Astrid S est une jeune chanteuse norvégienne de 19 ans dont l'ascension va grandissant. Elle a participé à l'équivalent de la Nouvelle Star dans son pays. Elle se fait vraiment connaître avec le titre "2AM". Puis elle collabore avec des DJ comme Matoma ou Avicii, ou encore le chanteur Shawn Mendes.

    Elle a sorti son premier EP éponyme l'an dernier, où le titre "Hurts so good" s'est démarqué.

    Pour ma part, j'ai un coup de coeur pour "Bloodstream", morceau sorti récemment, issu de son prochain EP à venir "Party's over". C'est un titre envoûtant aux sonorités électro-pop, où elle expérimente légèrement l'auto-tune. Plane un mystère qui fait vraiment tout le charme.

    "Wherever I go, he's been"


    votre commentaire
  • La Jordanie à l'honneur

    Mélange de rococo sous fond de néo-baroque, voici le thème du dernier clip de la native de Jordanie (et maintenant résidant à Brooklyn), King Deco. C'est un titre sur lequel ondule la voix de Deco, qui nous propose un chant pop lisse. La chanteuse nous décrit la fantaisie de sa vidéo, comme ils disent dans les films "basée sur des faits réels" (traduction par mes soins) :

    "J'ai grandi en Jordanie, une petite monarchie en plein milieu du désert, avec des restes de l'Empire Romain éparpillés dans tout le pays. L'esthétique des anciens empires m'a fasciné, j'ai donc essayé d'exprimer cela dans le clip de Read My Lips à travers les textures et l'architecture qui symbolisent la souveraineté royale. Il y a aussi beaucoup de paysages sous-marins et de tons aquatiques, miroir du fait que la Jordanie a subi une grave sécheresse pendant mon enfance. En parallèle de tout cela, j'ai aussi rempli la vidéo de citations cachées et de références subtiles à des célèbres œuvres d'art, qui rappellent les grands thèmes évoqués dans ma musique : la responsabilisation, les femmes fortes et l'idée d'affranchissement."

     

    Une autre musique de King Deco qui a retenu mon attention, c'est le titre "Castaway". Voici ce qu'elle en dit : "La majorité de ma musique est en rapport avec le fait de se libérer et de faire preuve de courage pour aller à contre-courant si besoin. Le titre explore aussi ce qu'est d'être une femme dans certaines situations. J'écris rarement des chansons d'amour, mais quand je le fais, j'aime le faire avec une approche fun, comique, ironique." (traduction par mes soins).

    Je vous propose le remix par New Immunity, que je préfère à l'original :


    votre commentaire
  • Lighters up de la rappeuse Lil Kim est sans aucun doute mon titre préféré de son dernier album "Naked Truth" sorti en 2005.

    Il s'agit d'une chanson d'hommage à Brooklyn. Elle montre le contraste de la vie là-bas, entre le danger et la joie de vivre, la précarité et le bien-être malgré tout. Elle montre aussi la désinvolture ; la mort est une amie que les habitants côtoient tous les jours, à tel point que dès qu'on annonce le décès de quelqu'un, c'est l'indifférence la plus totale. A la recherche d'argent les jeunes veulent être rappeurs et rêvent de revenir un jour dans leur quartier la tête haute avec de belles voitures. Mais ce sont des rêves quasi inaccessibles. Les filles, quant à elles, se crêpent le chignon à cause d'histoires de mecs.

    Puis Lil Kim donne un "walk through", c'est-à-dire une visite guidée. Elle conseille de ne pas faire le malin quand t'arrives et de ne pas vouloir essayer de dominer les gens. Parce que ces derniers ne rigolent pas ;  si tu te fais serrer et que tu balances le nom de quelqu'un dont tu es proche, c'est la mort assurée. Parce que les gens parlent et la rue regarde, il n'y a donc pas d'action de défense pour aider les victimes.

    Dans le refrain elle cite le nom de villes populaires ou dangereuses comme NYC, LA, Brooklyn, Kingston Jamaica, Saint-Louis, Puerto Rico et bien d'autres.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires